3 Mayıs 2016 Salı

Paris Présentation -2-


    La passerelle des Arts, entre le Louvre et l'nstitut, est résérvée aux piétons. Le dernier-né, le pont Charles-de-Gaulle, relie la gare d'Austerliz et la gare de Lyon. Ensemble, les trente ponts de Paris tissent les liens serrés de l'unité parisienne. II est question qu'un jour prochaini sur les berges, une promenade piétonne ininterrompue de 12 kilométres joigne le parc André-Citroén à Bercy. Pour les amateurs de promenades sur l'eau, les bateaux-mouches proposent une visite aussi sous ses ponts. Sur les quais, les bouquinistes disposent leurs étals de livres anciens, de livres d'occasion et de gravures de toutes sortes. L'été, les amateurs de bronzage intensif viennent se prélasser en toute quiétude au bord de l'eau.
    Malheureusement, ils ne peuvent plus profiter des piscines flottantes, la demiére, la piscine Deligny, ayant sombré, au grand désespoir des baigneurs. Par tous ces aspects différents, Paris offre, à ses visiteurs occasionnels comme à ses habitants, un sentiment de liberté et de beauté. La Parisienne représente un autre symbole de la capitale : elle est belle, sensuelle, joyeuse et raffinée. Elle personnife de par le monde l' éternel féminin er l'archétype de l' élégance. Jacques Offenbach, le maitre de l'opérette, l'a bien compris et a mis en scéne ces femmes dans La vie Parisienne. Le Paris des monuments est également imposant. Les premiers travaux d'agrandissement et d'embellissement ont pris corps au Moyen Âge. Notre-Dame est construite entre 1163 et 1334 à l'initiative du pape Alexandre III. Philippe-Auguste éléve la forteresse du Louvre en 1190 pour protéger la ville contre les raids des Vikings qui remontent la Seine sans effort sur leurs drakkars. Â partir de 1246, Saint Louis édife la Sainte-Chapelle pour y abriter des reliques saintes entre toutes : la couronne d'epines et un fragment de la croixi ramenés des croisades.


    C'est surtout la Renaissance qui donnera le véritable départ de la construction permanente. François I s'installe au Louvre en 1528, treize ans aprés son accession au trône. II confie à Pierre Lescot. les travaux de reconstruction et de rénovation du palais. II fonde le Collége de France prés de la Sorbonne. II fait poser la premiére pierre d'un nouvel hôtel de ville. Pierre Lescot et Jean Goujon bàtissent l'hôtel Carnavalet en 1544. Devenu musée, ce magnifique hôtel particulier conserve les trésors de l'histoire de Paris.
    Henri IV. pour qui Paris vaut bien une mess, jette un pont sur la Seine : le pont Neuf. II ouvre places et quartiers. L'aristocratie emménage en 1609 sur la nouvelle place des Vosges Les références à l'Antiquité sont abandonnées. Peu à peu, l'époque se laisse gagner par le baraque. Influencée par les palais de Florence. Marie de Médicis construit le palais du Luxembourg, qui deviendra le Sénat. Restée en friche jusque-là, I'ile Saint-Louis est aménagée par Le Vau à partir de 1627.
    Richelieu démarre le Grand Siécle en 1629. II fait édifier pour son propre compte le Palais-Cardinal, futur Palais-Royal. II procéde à de nombreux embellissements. Sous son impulsion, des architectes, des urbanistes et des paysagistes de grand talent dessinent les contours d'un Paris de seigneurs.


    Louis XIV s'offre les Invalides et la place Vendôme, avant d'emmener la cour à Versailles. Procope ouvre le premier café : il fera de nombreux adeptes. La convivialité de ces établissements change les rapports humains et permet les longs discours et la diffusion des idées. II y en a 12 000 aujourd'hui dans les rues de Paris.
    Louis XV. ourve la place de la Concorde. Les premiers trottoirs sont insatallés en 1782, rue de l'Odéon. Napoléon commande la construction de l'Arc de triomphe. Nommé Préfet de la Siene par Napoléon III, le baron Haussmann entame la derniére transformation majeure de la ville. II élagit toutes les voies de circulation et perce les grands boulevards.
    Les expositions universelles sont le prétexte à l'édification de nombreux bàtiments comme la Tour Eiffel (1889), le Grand Palais (1900) ou le Trocadéro (1937).
    Paris, ville moderne, attire les artistes du monde entier pendant la premiére moitié du XX siécle. Les peintres, les sculpteurs, les musiciens, les écrivains, les cinéastes s'y donnent rendez-vous. La deuxiéme guerre mondiale mettra un frein à cette passion
    Dans les années cinquante, la ville reprend sa frénésie des grands travaux, dans un style trés différent. Aménagé à partir de 1958, le quartier de la Défense veut lutter avec le New York des affaires. La Grande Arche, son dernier fleuron, a été inaugrée en 1989.


    Le Centre Pompidou a choisi de montrer son ossature d'acier à l'extériur pour mieux utiliser l'espace à l'intériur: Aujourd'hui, c'est l'un des musées les plus visités de monde.
    L'Opéra Bastille, est une nouvelle salle populaire offerte aux amateurs d'art lyrinque. En 1984, l'Est parisien renait. La Cité des Sciences ouvre les portes du futur dans le parc de la Villette. Le stade Charletty, le musée de la Musique, la Trés Grande Bibliothéque prouvent que Paris entreprend toujours. On y construit même des pyramides... André Malraux, chantre de la grandeur et de la modernité universelles, ministre de la Culture, avait donné l'exemple.
    Depuis, partout dans la ville, on nettoie, on ravale, on améliore, on transforme, on réhabilite, on bouge, on s'active, dans la conscience de l'mmense patrimoine collectif, et le désir de relever les défis du nouveau millénaire pour que Paris soit toujours la plus belle ville du monde.

Hiç yorum yok:

Yorum Gönderme